Assassinat de notre collègue Samuel Paty

Deuil, recueillement et solidarité

Communiqué de presse
Paris, le 17 octobre 2020

Un professeur d’histoire-géographie dans un collège des Yvelines a été assassiné hier vendredi après-midi. Ce meurtre fait suite à un cours de l’enseignant sur la liberté d’expression, utilisant des caricatures.
Les organisations syndicales de l’éducation expriment leur effroi face à ce crime. Elles adressent leurs sincères condoléances aux proches, aux collègues, aux élèves, à la famille de notre collègue. L’heure est au deuil, au recueillement et à la solidarité.
S’attaquer à un enseignant, c’est s’attaquer à l’école qui est un lieu de construction d’un savoir critique, de rencontre de l’autre, de la formation de futur-e-s adultes libres et éclairé-e-s. Nos organisations réaffirment leur attachement à la liberté d’expression,
condition nécessaire à l’émancipation, et appellent à éviter toute instrumentalisation de ce drame.
Les organisations appellent les personnels à rejoindre massivement les initiatives prévues localement ce dimanche 18 octobre.

Télécharger le communiqué

Comité de suivi de la réforme de la voie professionnelle

Le ministère refuse d’entendre les difficultés des personnels et des élèves, et s’obstine dans un véritable démantèlement de la voie professionnelle

Le 7 octobre, le comité de suivi de la réforme de la voie professionnelle s’est tenu dans une ambiance tendue. Alors qu’un bilan de rentrée était à l’ordre du jour, l’administration a tenté de l’éluder en embrayant d’emblée sur des données liées à l’orientation : pas un mot sur les effets de la crise sanitaire et économique sur les personnels et les élèves.

Tous les membres de ce comité de suivi ont relaté l’épuisement des personnels, les difficultés accrues des élèves et dit haut et fort le besoin de temps pour supporter autant de bouleversements dans le contexte. Une grande partie de la fatigue est imputable à la montée en charge de la réforme qui impose des emplois du temps extrêmement contraints Continuer la lecture de Comité de suivi de la réforme de la voie professionnelle

ÉDUCATION PRIORITAIRE

Non prolongation de la clause de sauvegarde,
inacceptable !

Première réponse de la secrétaire d’état à l’éducation prioritaire :
Lors de l’audience avec la secrétaire d’état à l’éducation prioritaire, la FSU a porté l’incompréhension et la colère des personnels concernant le non renouvellement de la clause de sauvegarde de la prime ex-ZEP et ex-ECLAIR dans les lycées généraux, technologiques et professionnels. La FSU a remis les premières pétitions qui étaient remontées des établissements et qui doivent continuer à être signées.
La secrétaire d’état a répondu qu’une mesure transitoire permettra aux personnels qui avaient la prime de conserver l’équivalent pour cette année scolaire. C’est à mettre à l’actif de la mobilisation qui a commencé à exister.
Visible sur les payes d’octobre ou novembre, cette mesure sera sous une forme différente d’une académie à l’autre (IMP, heures supplémentaires…). Pour la FSU, cette méthode est un détournement de dispositifs qui ne sont pas faits pour cela, et repose la question pour les années suivantes.
Pour le SNUEP-FSU, la clause de sauvegarde doit être prolongée tant qu’une carte large incluant les lycées professionnels n’est pas définie.

___________________________________________________________________________

Les personnels des lycées de l’Éducation prioritaire ont découvert avec colère la suppression de la prime ZEP. Face à cette nouvelle provocation, réagissons, interpellons le Ministre et la secrétaire d’État à l’Éducation Prioritaire ! Le SNUEP-FSU remettra vos courriers lors d’une audience FSU avec la secrétaire d’État le lundi 12 octobre. Continuer la lecture de ÉDUCATION PRIORITAIRE

PFMP pendant la crise sanitaire

Périodes de formation en milieu professionnel :
des propositions irréalisables

 

La crise sanitaire a déjà très fortement perturbé le parcours des élèves de la voie professionnelle. L’impossibilité de télé enseigner les gestes professionnels habituellement dispensés en atelier a entrainé une déqualification des élèves. La crise économique et le regain de la propagation du virus posent en cette rentrée de réelles difficultés pour l’organisation des PFMP. Dans ce contexte difficile, le ministère vient de diffuser en catimini une foire aux questions (FAQ) dédiée à l’organisation des PFMP. Les aménagements proposés, prétendant pallier les difficultés induites par le contexte sanitaire et économique dégradé, sont inacceptables.  D’une part ils contreviennent aux textes réglementaires qui régissent l’organisation des PFMP et, d’autre part, la « souplesse » proposée, comme le départ des élèves « au fil de l’eau » ou le brassage de groupe d’élèves dans des classes ou établissements différents, sont des éléments de dérégulation qui mettraient en danger la santé des élèves et des personnels et qui aggraveraient leurs conditions de travail. Continuer la lecture de PFMP pendant la crise sanitaire

Évaluations nationales : un coupable mélange des genres

Communiqué SNES-FSU, SNuipp-FSU, SNUEP-FSU, SNEP-FSU

Évaluations nationales et questions aux élèves sur le confinement : un coupable mélange des genres

 

À grand renfort d’effets de manche médiatiques, le Ministère de l’Education nationale a présenté les évaluations obligatoires pour les classes de CP, CE1, 6eme et 2de et CAP comme des outils « pour mieux cibler et organiser l’accompagnement des élèves » dans le contexte bien peu normal d’une rentrée post confinement.

Les professeurs ont découvert ces derniers jours que des questions complémentaires, mais loin d’être anodines, ont été ajoutées dans la plus grande discrétion. Dans le second degré, elles portent d’une part sur le vécu des élèves pendant le confinement, d’autre part sur les méthodes de travail de leurs professeurs pendant cette même période (« lorsque vous envoyiez du travail à votre professeur, comment vous faisait-il un retour ? », accompagné de propositions de réponses binaires). S’il est tout à fait légitime de chercher à en savoir plus sur la façon dont les élèves ont vécu cette période si particulière du confinement, le mélange des genres est pour le moins problématique. A quoi pourront bien servir des résultats d’une enquête sur la perception par les élèves du travail des professeurs, intégrés à un test visant à évaluer les connaissances des élèves ? Continuer la lecture de Évaluations nationales : un coupable mélange des genres

OMERTA DU MINISTÈRE SUR LA RÉALITÉ SANITAIRE

LE SNUEP-FSU DÉNONCE UNE OMERTA DU MINISTÈRE SUR LA RÉALITÉ SANITAIRE

 

Contrairement à ce que dit le ministre, la rentrée est loin d’être « joyeuse » !

Suite à une consultation de ses responsables académiques, le SNUEP-FSU fait le constat d’une autre réalité : c’est plutôt un malaise réel qui règne dans les lycées professionnels !

 

Le premier élément probant est l’opacité des informations données aux enseignant·es lorsqu’un élève est suspecté de contamination à la covid-19 voire contaminé. Tout se passe comme si une consigne avait été donnée de ne pas divulguer les renseignements aux équipes. Ce choix de mettre « sous le tapis » est grave car il met en danger les personnels, les élèves et leurs proches dont certains sont considérés comme à risque. Les dotations en protection (masques, gel…) et les consignes de désinfection, d’aération, et de gestion des flux de circulation sont très disparates d’un établissement à l’autre y compris dans une même académie. Le SNUEP-FSU demande que des consignes harmonisées et claires soient données et appelle les collègues à saisir les CHSCT en remplissant les fiches Santé et sécurité au travail (SST) qui doivent être disponibles dans tous les établissements. Continuer la lecture de OMERTA DU MINISTÈRE SUR LA RÉALITÉ SANITAIRE

Syndicat National Unitaire de l'Enseignement Professionnel Tél : 01 45 65 02 56