Lycées en éducation prioritaire

snes-snep-snuep-ep

La forte mobilisation des personnels exerçant dans les lycées de l’éducation prioritaire, qui doit se poursuivre demain mardi 29, a contraint la Ministre à annoncer ce jour un dispositif national destiné à améliorer les conditions d’enseignement dans les lycées d’enseignement général, technologique et professionnel concentrant le plus de difficultés, en visant à garantir les moyens supplémentaires actuels et en octroyant une dotation particulière.  Continuer la lecture de Lycées en éducation prioritaire

Education prioritaire : lettre ouverte à la ministre

intersynd_eprioritaire

Madame Najat VALLAUD-BELKACEM,
Ministre de l’Éducation Nationale

Paris, le 24 novembre 2016

Lettre ouverte

Madame la ministre,

Les personnels des lycées de l’éducation prioritaire sont actuellement mobilisés, ils seront de nouveau en grève le mardi 29 novembre à l’appel de l’intersyndicale SNES-FSU, SNUEP-FSU, SNEP-FSU, SNFOLC, SNETAA-FO, CGT Educ’action et SUD éducation.
La carte de l’éducation prioritaire imposée en 2014 a évincé les lycées. Nous avions alerté alors sur les difficultés que connaissent ces lycées et avons continué à demander leur maintien dans l’éducation prioritaire.
La situation des lycées n’est pas différente de celle des collèges. Les difficultés économiques, sociales et au final scolaires sont aussi présentes dans les lycées. De ce fait, ils ont toute leur place dans l’éducation prioritaire : les moyens investis le sont au service d’une meilleure justice sociale.
Nous vous demandons, de façon urgente, l’extension des clauses de sauvegarde à tous les collègues mais aussi aux moyens accordés aux lycées de l’éducation prioritaire pour les rentrées prochaines. C’est indispensable afin d’améliorer les conditions de travail des personnels et d’étude des élèves. Ces annonces doivent être faites rapidement et donner lieu lors du CTM du 15 décembre à des engagements précis sur des moyens fléchés «éducation prioritaire» assortis d’une limitation indispensable des effectifs par classe.
Il faut dans le même temps ouvrir la discussion sur la construction d’une carte élargie de l’éducation prioritaire pour les lycées généraux, technologiques et professionnels, établie sur des critères nationaux et transparents, et sur la base des besoins des établissements.
Veuillez agréer, Madame, l’expression de notre haute considération.

Edith BOURATCHIK, SNFOLC, Sigrid GIRARDIN, SNUEP-FSU, Patrick DESIRE, CGT Educ’action, Benoît HUBERT, SNEP-FSU,
Frédérique ROLET, SNES-FSU, Christian LAGE, SNETAA- FO,
Philippe MARTINAIS, SUD EDUCATION.

 

Rénovation des bacs pro commerce et vente : de l’art du double discours !


logo_intersyndical
Communiqué intersyndical 

Prétendant agir dans l’intérêt des élèves, la Dgesco et l’IG tentent d’imposer un bac à deux options en lieu et place des bacs professionnels vente et commerce. En réalité cette « rénovation » va réduire le nombre d’heures d’enseignement dispensées et augmenter le nombre de CCF, telle est la réalité à venir de ce tour de passe-passe !
La rénovation initiée par l’IG et la Dgesco et lancée par la CPC a suscité la réalisation d’une étude du CEREQ auprès des entreprises qui a conclu au bien-fondé de l’existence de deux champs d’emplois réellement distincts.
Or l’affirmation faite par l’IG et la DGESCO qu’un bac à options constitue toujours deux bacs différents et qu’il s’agit juste de reculer le moment du choix d’orientation dans l’intérêt des élèves est irrecevable et malhonnête. 

Continuer la lecture de Rénovation des bacs pro commerce et vente : de l’art du double discours !

Violences au lycée professionnel : état d’alerte !

Calais, Saint-Denis, Tremblay-en-France … Toutes ces agressions d’une violence extrême ont lieu dans les lycées professionnels. Le SNUEP-FSU exprime toute sa solidarité et son soutien aux personnels et aux équipes qui y ont été confrontés.

Le SNUEP-FSU n’a cessé d’alerter sur la baisse continue des moyens affectés à l’enseignement professionnel public : suppression de milliers de postes, fermetures de lycées, de filières, de sections, enseignant-es précaires, diminution des DHG et des moyens d’équipements … C’est cette politique menée depuis plus de 10 ans qui conduit à une dégradation continue du climat au sein de nos lycées. Les statistiques de la DEPP l’affirment : la violence au LP est  plus forte que dans tous les autres types d’établissements scolaires. En moins de 10 ans, les incidents déclarés sont passés de 15,1 pour 1000 élèves à 25,3 pour 1000  élèves !  Continuer la lecture de Violences au lycée professionnel : état d’alerte !

Pondération : lettre intersyndicale à la ministre de l’EN

intersyndic-ponde

Madame la ministre,

Depuis plus d’un an maintenant, vous vous exprimez en faveur de la revalorisation de l’enseignement professionnel. Les 30 ans du baccalauréat professionnel ont été pour vous l’occasion de rappeler «la cohérence d’ensemble du système éducatif et de la place qu’y occupe l’enseignement professionnel ». Cette voie de formation, qui scolarise un tiers des lycéen-es et qui permet chaque année de qualifier près de 153 000 jeunes au niveau IV (bac pro, mention complémentaire, BT) et près de 206 000 jeunes au niveau V (CAP, BEP, mentions complémentaires), est essentiel. Elle permet d’élever le niveau de qualification global de la population et de lutter contre les sorties sans diplômes.

Les enseignant-es qui exercent dans les lycées professionnels mettent tout en œuvre pour faire réussir les élèves qui sont, pour beaucoup, les plus éloignés de la culture scolaire et qui sont aussi souvent les plus socialement défavorisés. Dans des conditions d’exercice souvent difficiles, ils assurent leur mission avec dévouement et professionnalisme, allant bien souvent au-delà de ce qui leur est demandé. Vous l’avez vous-même rappelé lors de votre discours à Arras le 2 septembre 2016 « Sans les enseignants et les formateurs qui font la force de cette voie, et qui allient expertise professionnelle et innovation pédagogique, notre avenir serait compromis. »

Or, comme vous le savez, les enseignant-es qui exercent en lycée professionnel ont été exclus de la pondération mise en place à la rentrée 2015 dans la voie générale et technologique. Pour des raisons purement budgétaires, le ministère a préféré mettre en place une nouvelle indemnité de sujétion de 400 € qui ne sera même pas revalorisée en 2017. Contrairement à ce que vous affirmez, la mise en place de cette indemnité n’est pas de nature à valoriser l’engagement des professeur-es de lycée professionnel dans la préparation du baccalauréat professionnel et du CAP.

Cette différence de traitement entre les trois voies du lycée n’est pas comprise par les enseignant-es qui ressentent cette mesure comme inégalitaire, stigmatisante, injuste et méprisante au regard de leur investissement.

Pour nos organisations syndicales, cette situation ne peut plus durer. Lors du CTM du 11 février 2015, la quasi-totalité des organisations syndicales a voté un vœu pour que les enseignant-es exerçant dans la voie professionnelle puissent bénéficier des mêmes conditions de pondération que leurs collègues de la voie générale et technologique.

Nous vous demandons donc de revenir rapidement sur cette situation d’une injustice flagrante.

Veuillez agréer, Madame la ministre, l’expression de nos salutations distinguées.

Jérôme DAMMEREY, co-secrétaire général du SNUEP-FSU
Frédérique ROLET, secrétaire général du SNES-FSU
Benoît HUBERT, secrétaire général du SNEP-FSU
Christian CHEVALIER, secrétaire général du SE-Unsa
Patrick DESIRE, secrétaire général de la CGT
Sabine Duran, co-secrétaire fédérale de SUD EDUCATION
François PORTZER, président national du SNALC
Frédéric SEVE, secrétaire général du SGEN-CFDT

 

Conseil national 6 et 7 octobre 2016 : texte action

Après un printemps rythmé par une dizaine de manifestations pour le retrait de la loi Travail à l’appel des organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL et bénéficiant d’un large soutien populaire. Avec 4 mois de mobilisation ininterrompue, pas moins de 12 manifestations, des journées de grève, des grèves reconductibles, des blocages économiques et des pétitions massives, la mobilisation interprofessionnelle contre la loi Travail a montré la détermination des manifestant-es et des grévistes à mettre en échec une loi qui signe la dérèglementation du droit et du marché du travail mais aussi à lutter contre une politique néolibérale et sécuritaire, accélérée depuis les attentats de janvier et novembre 2015. La mobilisation n’est pas finie pour autant, après la journée de mobilisation du 15 septembre, le débat se poursuit dans nos OS pour obtenir l’abrogation de cette loi.  Continuer la lecture de Conseil national 6 et 7 octobre 2016 : texte action

Syndicat National Unitaire de l'Enseignement Professionel Tél : 01 45 65 02 56