SEGPA-EREA-ASH

Scolarisation des élèves handicapé-es

Une nouvelle circulaire, parue le 30 novembre 2016, précise les différentes possibilités et caractéristiques de la formation des élèves handicapé-es dans la voie professionnelle. Elle rappelle que leur scolarisation doit s’effectuer en priorité en milieu scolaire ordinaire. Quels que soient les besoins particuliers des élèves, c’est à l’école de s’assurer que l’environnement est adapté à leur scolarité.

En 7 points, la circulaire décline :
_ l’orientation et l’affectation dans la voie professionnelle, qui doivent s’effectuer dans le cadre du parcours Avenir, bien que rien ne soit prévu pour que professeurs principaux de collège et COPsys soient formés et puissent conseiller les élèves handicapés  ;
_ les aménagements et adaptations de scolarité auxquels doivent procéder les équipes pédagogiques à partir du PPS (parcours personnalisé de scolarisation), à condition que celui-ci soit bien diffusé à tous les adultes concernés ;
_ les aménagements à prévoir pour les évaluations et examens, déjà clarifiés par la circulaire n° 2015-127 du 3 août 2015 ;
_ la reconnaissance de la qualité de travailleurs handicapés (RQTH) à demander par les familles auprès de la MDPH dès les 16 ans du jeune, afin que la RQTH puisse jouer tout son rôle dans les démarches de recherche de stage ;
_ le dispositif ULIS (unités localisés d’inclusion scolaire) en LP, qui peut être organisé en réseau sur 2 LP, toute liberté étant laissée à l’IA-DASEN pour dépasser le seuil de 10 élèves accueillis, à charge pour l’enseignant coordonnateur d’Ulis, dont les missions sont détaillées par la circulaire,  de gérer tout le suivi ;
_ la poursuite d’études supérieures ;
_ l’insertion professionnelle.

SEGPA et hausses d’effectifs en atelier : non, ce n’est pas la circulaire !

(cf. journal n°91  p.12)

De nombreux militant-es nous ont fait part de menaces concernant le respect des effectifs dans leurs ateliers de SEGPA pour la rentrée 2016.
Le SNUEP-FSU rappelle que le travail en champ professionnel, prévu par la circulaire n°2015-176 du 28-10-2015 et qui entrera en application à la rentrée 2016, ne changera pas, et donc que les effectifs maximum sont toujours de 8 élèves. L’intention des DASEN est de récupérer des moyens en réduisant le nombre de champs professionnels par SEGPA notamment pour doter les sections des heures « de marges » pour les EPI et l’accompagnement personnalisé. Ce calcul comptable qui se fait au détriment des élèves et des conditions de travail n’est pas tolérable.
Par courrier du 15 février 2016, Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, a écrit à la ministre pour dénoncer cette situation.
Le SNUEP-FSU reste vigilant et rappelle que les effectifs maximum ne doivent pas être dépassés, que ce soit pour des raisons de sécurité ou pour assurer une pédagogie adaptée au public de ces classes. Et les heures de marge doivent être disponibles, conformément aux engagements du ministère.
Continuez à remonter l’état des lieux de vos SEGPA et EREA aux sections académiques et au SNUEP national. Le SNUEP-FSU continue à peser pour la défense de ces structures.

Vincent Destrian

La FSU interpelle la ministre sur les difficultés qui s’annoncent pour les SEGPA à la rentrée prochaine

Télécharger (PDF, 26KB)

Analyse de la réforme des SEGPA (décembre 2015)

Télécharger (PDF, 2.46MB)

Télécharger (PDF, 131KB)

Février 2014 : première réunion sur la réforme des SEGPA. Compte-rendu.

Télécharger (PDF, 72KB)

Syndicat National Unitaire de l'Enseignement Professionnel Tél : 01 45 65 02 56