Des 3ème PEP laissés-pour-compte

La réforme du collège implique des évolutions patentes pour les 3ème préparatoires à l’enseignement professionnel (3ème PEP). Par ses nombreuses interventions, le SNUEP-FSU a pu empêcher la mise en œuvre de certaines mesures incohérentes et inapplicables dans les LP. Il est régulièrement intervenu auprès du ministère pour qu’élèves et enseignant-es de 3ème PEP ne soient pas les laissé-es-pour-compte. Pourtant, en cette rentrée, les disparités et inégalités entre la voie générale de collège et les 3ème PEP sont encore plus criantes, certains problèmes restent non résolus.

Inégalités toujours présentes
Malgré un discours ministériel prônant l’égalité sur l’ensemble du territoire, les situations sont diverses selon les académies. Les dotations horaires pour les 3ème PEP varient de 32 à 38,5 h par division, permettant plus ou moins le travail en groupes à effectif réduit. En parallèle, les rectorats ont utilisé un tour de passe-passe pour diminuer l’enseignement de découverte professionnelle de 6 à 4 h hebdomadaires, incluant les semaines de stage dans les 216 h annuelles. Mais ce volume annuel n’est pas un maximum (voir l’article 5 de l’arrêté du 2 février 2016) et peut être dépassé.

PSE ou SVT : la brume n’est pas prête à se lever…
Contrairement aux 3ème de série générale, les enseignements de sciences et technologie (arrêté du 2 février 2016) restent flous :
– le programme du cycle 4 fixe la SVT et non la PSE (avec physique-chimie et technologie) comme discipline à enseigner ;
Les épreuves du nouveau DNB imposent la SVT pour toutes les séries (épreuves de sciences avec deux disciplines parmi les trois enseignées). Cependant, l’arrêté du 31-12-2015 laisse entendre la possibilité de prise en compte de la spécificité des programmes de la 3ème PEP…

Il aurait d’ailleurs fallu rajouter les SEGPA puisque le ministère souhaite que les élèves de l’enseignement adapté passent le DNB, mais bon… Le ministère a toutefois publié un arrêté rectificatif le 16 février 2016 pour les jeunes de SEGPA. Or, la PSE a perdu son heure en SEGPA et surtout aucun programme spécifique 3ème PEP n’est publié ni même en préparation… Et des inspecteurs ont confirmé la SVT comme troisième discipline des sciences et technologie. C’est pourquoi, l’année dernière, les enseignant-es de PSE devaient normalement suivre des journées de formation SVT de la réforme Collège. Cela n’a pas forcément été le cas…

Donc la SVT remplace la PSE mais la spécificité 3ème PEP au DNB n’est pas encore connue. Les IEN prétendent faire confiance aux PLP, comme à chaque fois qu’ils ne savent pas eux même comment faire.

Le SNUEP-FSU dénonce depuis le début tous ces problèmes auprès du ministère qui persiste à minimiser les difficultés.

Les élèves sont dans nos classes et nous ne savons toujours pas comment les préparer au DNB Pro !
Les élèves se dirigeant vers la voie professionnelle sont une fois de plus méprisés par le ministère, les sujets “zéro” du DNB Pro ne devraient pas être publiés avant la mi-septembre voire plus tard quand ceux de la série générale sont parus en avril !
Des inspecteurs et inspectrices ont reconnu la difficulté qu’ils/elles ont quant à l’élaboration de sujets “zéro” pour le DNB Pro au regard des publics divers (3ème PEP, 3ème Agricole, SEGPA) et des injonctions qu’ils reçoivent, parfois contradictoires entres elles. D’un côté il faut coller aux attendus du programme et surtout du socle commun, de l’autre il faut prendre en compte la spécificité des élèves. Aussi, ils/elles ne sont pas toujours d’accord, ce qui prédit une année bien compliquée pour les personnels.

Depuis plus d’un an, le SNUEP-FSU n’a de cesse de presser le ministère sur les modalités de mise en œuvre de la 3ème PEP, de dénoncer le retard pris par rapport à la 3ème générale et la déconnexion des propositions avec la réalité de ces classes. Les difficultés rencontrées illustrent l’inconséquence de la réforme et l’absence de réelle ambition pour les élèves concernés.

Il est urgent de surseoir à cette réforme pour poser d’autres bases prenant réellement en compte les besoins des enseignant-es et de tou-tes les élèves.

Syndicat National Unitaire de l'Enseignement Professionnel Tél : 01 45 65 02 56