FIN DES CCF AU BACCALAUREAT PROFESSIONNEL POUR 3 ÉPREUVES UNE AVANCÉE QUI EN APPELLE D’AUTRES !

Par son action constante et sa détermination, le SNUEP-FSU a permis le retour des épreuves d’éco-gestion, éco-droit et PSE en épreuves ponctuelles terminales au baccalauréat professionnel. Le CSE du 10 Avril étudiera un arrêté dans ce sens. Cette décision fait suite aux discussions qui se sont ouvertes en 2013 avec les organisations syndicales sur la question de la simplification des CCF.

Depuis leur mise en place, le SNUEP-FSU n’a cessé d’alerter sur les dangers du CCF.

Sa généralisation en 2009 a rendu patents ses effets les plus nocifs, notamment sur la qualité des enseignements dispensés dans les LP et sur des conditions de travail des PLP.

Le SNUEP-FSU prend acte de la publication future de cet arrêt qui marque une nouvelle avancée pour les PLP et permettra une amélioration significative pour les disciplines concernées. Cependant, cette première reconnaissance du ministère des difficultés auxquelles sont confrontées les PLP dans le processus d’évaluation des élèves n’est qu’une réponse partielle. L’ensemble des problèmes soulevés n’ont pas tous trouvé de réponses et certaines disciplines (mathématiques, sciences-physiques, arts appliqués, LV1…) ne bénéficieront d’aucune mesure d’allégement du processus de certification en 2016.

 Cette avancée doit en appeler d’autres ! Le SNUEP-FSU continuera donc à interpeller le ministère pour empêcher le passage en CCF de l’épreuve de lettres-histoire du diplôme intermédiaire et interviendra sur la question des CCF notamment à l’occasion des discussions futures sur l’avenir du lycée professionnel qui devraient s’ouvrir avant la fin de l’année 2015.

MAIS OÙ EST DONC PASSÉE LA REVALORISATION ?

Lors de sa dernière conférence de presse, le président de la République s’est engagé devant l’ensemble de la population à revaloriser l’enseignement professionnel. Afin d’obtenir des éclaircissements sur cette annonce et la mise en œuvre de cet engagement, le SNUEP-FSU a demandé à rencontrer la ministre de l’Éducation nationale. L’entrevue a révélé une fois de plus l’absence d’ambition du ministère pour l’enseignement professionnel public car aucune proposition nouvelle n’a été annoncée ou prévue. De surcroît, alors que la loi de refondation de l’école avait prévu le fléchage de 4000 postes pour l’amélioration des conditions d’étude des collégien-nes et des lycéen-nes professionnels en difficulté, l’attribution de l’intégralité de ces postes au collège entérine l’absence totale de moyens supplémentaires pour l’enseignement professionnel public. Cette annonce augure mal des futures négociations sur la réforme des trois voies du lycée.

Le ministère ne peut continuer à occulter la réalité émanant des différentes études et rapports de ses services : le lycée professionnel concentre le plus de difficultés et ses personnels ont les conditions de travail les plus dégradées.

Le SNUEP-FSU exige un plan d’urgence pour l’enseignement professionnel public, avec des moyens supplémentaires pour lutter contre le décrochage et améliorer les conditions d’études des élèves et de travail des personnels.

Syndicat National Unitaire de l'Enseignement Professionnel Tél : 01 45 65 02 56