Archives de catégorie : Communiqués

Second degré : mobilisés et en grève en janvier

Communiqué de presse de l’intersyndicale du second degré et des organisations lycéennes

Les organisations syndicales des personnels et des lycéens font l’analyse que les réformes des lycées généraux et technologiques, de la voie professionnelle et du baccalauréat vont accroître les inégalités et la sélection entre élèves et établissements. Des remontées des académies, il se dégage une cartographie profondément inégalitaire de l’offre de formation. On peut ainsi évoquer de multiples situations où l’accès aux enseignements se restreint fortement. La liberté de choix laissée aux élèves et aux familles tant vantée par le ministre n’est qu’un leurre et fait courir le risque d’enfermer certains jeunes dans des impasses. Les choix de parcours sont étroitement corrélés aux choix que les élèves devront faire dans Parcoursup.

Dans l’enseignement professionnel, la réduction des horaires d’enseignement des disciplines générales pénalisera les élèves et compromettra leurs poursuites d’études. Les secondes organisées en familles de métiers impliqueront une déprofessionnalisation des filières professionnelles. Continuer la lecture de Second degré : mobilisés et en grève en janvier

La 2è heure sup. c’est non !


Jean-Michel BLANQUER annonce depuis plusieurs mois sa volonté d’imposer aux enseignants du second degré une deuxième heure supplémentaire. Une modification des obligations statutaires de service sera discutée lors du prochain CTMEN du 30 janvier.

Ces heures supplémentaires viennent se substituer aux 2450 postes que le Ministre a décidé de supprimer à la rentrée 2019 dans les collèges et les lycées. Cette mesure permettra donc aux chefs d’établissement de contraindre les professeurs à une augmentation de leur charge de travail, déjà trop lourde. Le SNES-FSU, le SNEP-FSU et le SNUEP-FSU s’opposent à cette mesure. Continuer la lecture de La 2è heure sup. c’est non !

Projet de loi de J.-M. Blanquer

Refuser l’asservissement et la censure en rejetant le projet de loi de J.-M. Blanquer

Rejeté massivement dans toutes les instances consultatives du ministère de l’Éducation nationale, le projet de loi Pour une école de la confiance de J.-M. Blanquer sera prochainement présenté à l’Assemblée nationale.

Ce projet de loi est accompagné d’une étude d’impact édifiante sur les attendus réels de l’article 1er. Les dispositions prises dans cet article pourront être invoquées pour sanctionner ce que le ministre ne peut punir actuellement : les enseignant×es cherchant à dénigrer auprès du public par des propos gravement mensongers ou diffamatoires leurs collègues et de manière générale l’institution scolaire”, que ce soit dans ou hors l’exercice de leur profession !
Toute critique formulée par un personnel sur l’institution deviendrait légalement sanctionnable par une révocation. Continuer la lecture de Projet de loi de J.-M. Blanquer

RÉFORME DU LYCÉE PROFESSIONNEL

LE MINISTRE AVANCE DANS LA PROVOCATION !

Dans un contexte de fortes contestations et de mobilisations contre les réformes engagées dans les lycées et plus particulièrement dans la voie professionnelle, le ministre refuse d’entendre les revendications des jeunes et celles des personnels. Lors du Conseil supérieur de l’éducation (CSE) qui s’est déroulé ce mardi 11 décembre, il persiste en soumettant au vote deux textes emblématiques de sa réforme : les secondes familles de métiers et les 3è prépa-métiers qui remplaceraient les 3è prépa-pro.

Alors qu’il prévoit à terme la réunion de nombreuses filières dans une douzaine de secondes familles de métiers, l’arrêté pour les trois premières « fusions » de secondes, qui concentrent à elles seules douze diplômes, vient d’être rejeté par le CSE. Le SNUEP-FSU, déjà opposé à ce dispositif dans les établissements comme dans les mobilisations, a voté contre. Continuer la lecture de RÉFORME DU LYCÉE PROFESSIONNEL

Élections professionnelles 2018

Les PLP refusent la réforme de la voie professionnelle

Dans un contexte de crise sociale et démocratique profonde ainsi que de remise en cause des instances paritaires, les professeur·es de lycée professionnel (PLP) ont été encore plus nombreuses et nombreux qu’en 2014 à voter aux élections professionnelles 2018. Par ce vote, ils et elles redisent leur attachement au paritarisme et leur confiance envers les organisations syndicales.

Malgré les dysfonctionnements et les nombreuses difficultés techniques qui ont compliqué l’accès aux scrutins pour de nombreuses électrices et nombreux électeurs, avec 582 voix supplémentaires et un pourcentage jamais atteint, le SNUEP-FSU continue sa progression confirmant ainsi son développement dans les académies.

En faisant progresser les organisations syndicales qui combattent la réforme de l’enseignement professionnel, les personnels ont envoyé un message clair au ministre. Il doit maintenant en tenir compte en ne publiant pas les premiers textes de cette réforme et en ouvrant une réelle concertation pour enfin prendre en compte les revendications des enseignant·es et celles des lycéen·nes professionnel·les.

Le SNUEP-FSU continuera d’agir et de défendre le service public de la formation professionnelle. Le SNUEP-FSU exige des mesures fortes pour améliorer les conditions de travail des PLP et les conditions d’études des jeunes.

LE MINISTRE DOIT PRENDRE EN COMPTE L’EXPRESSION DE LA JEUNESSE

Les jeunes sont mobilisé·es pour dénoncer les réformes en cours dans les lycées et contre le dispositif « parcoursup ». Ils et elles refusent ces réformes car elles aggravent les inégalités, organisent le tri social et entravent leurs parcours scolaires.

Le SNUEP-FSU porte cette analyse concernant la réforme Blanquer de la voie professionnelle. Les suppressions de postes qu’elle engendrera comme la réduction de 8 à 11 semaines d’enseignement en bac pro et 4 en CAP vont considérablement affaiblir la formation initiale des jeunes. C’est l’avenir des jeunes, notamment les plus défavorisé·es, qui se trouverait bouleversé : baisse des qualifications, culture générale au rabais, poursuites d’études empêchées… Continuer la lecture de LE MINISTRE DOIT PRENDRE EN COMPTE L’EXPRESSION DE LA JEUNESSE