ÉDUCATION PRIORITAIRE

Non prolongation de la clause de sauvegarde,
inacceptable !

Première réponse de la secrétaire d’état à l’éducation prioritaire :
Lors de l’audience avec la secrétaire d’état à l’éducation prioritaire, la FSU a porté l’incompréhension et la colère des personnels concernant le non renouvellement de la clause de sauvegarde de la prime ex-ZEP et ex-ECLAIR dans les lycées généraux, technologiques et professionnels. La FSU a remis les premières pétitions qui étaient remontées des établissements et qui doivent continuer à être signées.
La secrétaire d’état a répondu qu’une mesure transitoire permettra aux personnels qui avaient la prime de conserver l’équivalent pour cette année scolaire. C’est à mettre à l’actif de la mobilisation qui a commencé à exister.
Visible sur les payes d’octobre ou novembre, cette mesure sera sous une forme différente d’une académie à l’autre (IMP, heures supplémentaires…). Pour la FSU, cette méthode est un détournement de dispositifs qui ne sont pas faits pour cela, et repose la question pour les années suivantes.
Pour le SNUEP-FSU, la clause de sauvegarde doit être prolongée tant qu’une carte large incluant les lycées professionnels n’est pas définie.

___________________________________________________________________________

Les personnels des lycées de l’Éducation prioritaire ont découvert avec colère la suppression de la prime ZEP. Face à cette nouvelle provocation, réagissons, interpellons le Ministre et la secrétaire d’État à l’Éducation Prioritaire ! Le SNUEP-FSU remettra vos courriers lors d’une audience FSU avec la secrétaire d’État le lundi 12 octobre.

Lors de la refondation de l’Éducation prioritaire en 2014, le gouvernement a refusé, en dépit des nombreuses demandes du SNES-FSU et du SNUEP-FSU et de la mobilisation des personnels, d’intégrer les lycées dans la carte revue de l’Éducation prioritaire.

Les interventions du SNES-FSU et du SNUEP-FSU ont cependant permis la publication d’un décret instaurant une clause de sauvegarde de 4 ans, maintenant notamment les bonifications et le régime indemnitaire des personnels des lycées classés ZEP ou Éclair.

La FSU n’a cessé d’intervenir pour exiger que la refonte de l’éducation prioritaire intègre les lycées. Dans l’attente des discussions sur ce sujet, nous avons obtenu la prolongation d’un an de la clause, jusqu’à la fin de l’année scolaire 2019-2020.

Les discussions sur l’Éducation prioritaire n’avançant toujours pas, dès cet été, lors d’une rencontre FSU avec le Ministre de l’Éducation, nous avons alerté sur la date imminente de fin de cette clause et le scandale d’une diminution brutale de la rémunération  des collègues en cas d’interruption du versement de l’indemnité .

La FSU est intervenue, une nouvelle fois, au mois d’août par courrier auprès du Directeur de cabinet , ainsi que lors de déclarations au CTM. Preuve du peu de considération, l’Administration s’est bornée à des réponses dilatoires.

Confirmation à la lecture des fiches de paie du mois de septembre : la prime ZEP, un des éléments de la clause de sauvegarde a disparu ! Inacceptable.

 

La FSU rencontre lundi 12 octobre la secrétaire d’État à l’Éducation prioritaire. Elle renouvellera ses protestations devant la façon inacceptable dont sont traités les personnels en lycée de l’Éducation prioritaire et exige que soit restauré la clause de sauvegarde (intégrant tous les personnels, notamment les AED) en attendant la mise en place d’une carte élargie de l’éducation prioritaire du premier degré aux lycées.

Le SNUEP-FSU appelle dans l’immédiat les collègues à signer ce courrier et à nous le renvoyer aux adresses indiquées. Nous les remettrons à la secrétaire d’État lundi 12 octobre.

Motion Éducation prioritaire (version texte) – À télécharger ici

Motion Éducation prioritaire (version pdf) – À télécharger ici