Face à la souffrance des personnels, la nécessité d’actes concrets et rapides au diapason des attentes

L’ensemble de la communauté éducative s’est rassemblée jeudi 3 octobre pour rendre hommage à Christine Renon qui s’est suicidée la semaine dernière dans son école. L’émotion, la douleur mais aussi la colère sont fortes partout en France. Des personnels de l’Éducation nationale meurent à cause de leurs conditions de travail dégradées. Cette situation est grave, indigne et intolérable.

Dans la voie professionnelle, les réformes et les lois qui s’accumulent aggravent fortement les conditions de travail des personnels. Ces réformes, accompagnées de dispositifs inadaptés et chronophages qui entravent la réussite des jeunes, d’injonctions contradictoires et de pratiques managériales souvent agressives impactent la santé physique et mentales des personnels. Le SNUEP-FSU alerte depuis plusieurs années les rectorats et le ministère qui, malgré des drames qui se sont déjà produits, refusent de prendre des mesures concrètes et ambitieuses pour répondre aux difficultés vécues par les personnels de lycées professionnels.

Le 5 septembre dernier, le SNUEP-FSU a saisi le CHSCT ministériel sur les risques psycho-sociaux liés à la réforme Blanquer de la voie professionnelle. Au regard des arguments exposés, le CHSCT ministériel a confirmé cette alerte et demandé l’abandon de cette réforme. Le ministre ne s’est jamais exprimé depuis. Pire, il maintient son cap dans un déni total de ces enjeux majeurs pour la santé et la sécurité au travail des personnels. Le SNUEP-FSU dénonce avec force son obstination et son déni.

Le SNUEP-FSU rappelle que les difficultés rencontrées dans les établissements ne sont aucunement de la responsabilité des enseignant-es. Elles sont imputables aux choix politiques opérés par le ministre notamment celui d’imposer sa réforme de la voie professionnelle.

Le SNUEP-FSU appelle les personnels à se réunir dans les établissements et envisager ensemble des perspectives d’actions. Le SNUEP-FSU appelle à diffuser partout l’enquête intersyndicale de rentrée sur les conditions de travail.

Le SNUEP-FSU exige un grand plan de prévention des suicides et des actes concrets et rapides. Il exige des mesures urgentes pour remédier aux difficultés éprouvées par les collègues du fait de l’organisation du travail, des pressions et de la perte de sens du métier.

Dans le contexte de souffrance au travail connu et objectivé par des études sur la voie professionnelle, le SNUEP-FSU dénonce l’irresponsabilité des employeurs publics et celle du ministère de l’Éducation nationale de vouloir supprimer les CHSCT.

Paris, le 4 octobre 2019

Télécharger le communiqué