Filière Gestion administration

Restructuration de la filière tertiaire administrative

Menaces lourdes sur le bac pro gestion administration et les enseignant·es

Alors que les personnels et les élèves ont subi les effets dévastateurs de choix irresponsables du ministère lors de la création du baccalauréat gestion administration (GA), les perspectives envisagées aujourd’hui sont loin d’apporter une quelconque amélioration de leur sort.

Le ministère prépare un nouveau référentiel qui ne prend toujours pas en compte l’expertise des personnels.
Les nouveaux contenus d’enseignement envisagés émanent des seules hautes sphères de l’administration. Sans concertation avec les organisations syndicales, et sans consultation des personnels, c’est un déni complet des alertes récurrentes émises sur les conditions de travail des enseignant·es et sur les difficultés majeures vécues par les élèves.
Dans le projet de nouveau référentiel, les savoirs professionnels restent peu ambitieux. L’enseignement de la comptabilité est réintroduit mais de manière très allégée alors que personnels comme entreprises qui accueillent nos élèves réclament depuis 2011 un enseignement concret de comptabilité. Les nouveaux contenus envisagés sont très éloignés des objectifs d’excellence affichés par le ministre dans les médias. Au contraire, les heures d’enseignement général fortement diminuées et les contenus d’enseignement professionnel réduits à des compétences minimalistes vont encore aggraver l’insertion professionnelle des jeunes et compromettre leur poursuite d’études.
Le SNUEP-FSU exige l’abandon du projet de référentiel actuel et la mise en œuvre de véritables concertations avec les personnels pour qu’enfin des contenus d’enseignement ambitieux en prenant en compte la connaissance fine de l’environnement scolaire et professionnel de cette filière soient élaborés. Il demande l’abandon des fermetures de sections tant que le nouveau référentiel ainsi conçu n’est pas mis en œuvre.

Des fermetures sont prévues dès la rentrée 2019 sans ouvertures de nouvelles filières pour accueillir les élèves.
Le ministère a choisi de traiter ce dossier d’un point de vue purement budgétaire. Des objectifs chiffrés sont imposés aux académies pour aboutir à la suppression de 50 % des capacités d’accueil au niveau national d’ici 2022. Dans 3 ans, les lycées professionnels accueilleront moins d’élèves car la baisse de 45 000 places en GA n’est pas compensée par la création massive de places dans d’autres spécialités. Le ministre affiche un volontarisme non traduit dans les actes.
Le SNUEP-FSU exige des ouvertures de sections professionnelles attractives pour compenser les fermetures de sections GA et accueillir les élèves.

Un protocole d’accompagnement des personnels vers des reconversions aux choix très limités vient d’être envoyé dans les rectorats.
Les personnels vont faire les frais de ce grand plan social : reconversion ou mobilité imposée, formation hors temps de travail… Le gouvernement persiste dans sa volonté de supprimer massivement des postes dans toute la Fonction publique. Les projections en matière de mobilité entre ministères ou fonctions publiques représentent donc un véritable leurre pour les personnels. L’ensemble de la transformation de la filière GA incarne bien le véritable mépris des enseignant·es qui pourtant s’engagent au quotidien, souvent au-delà de leurs missions, pour faire réussir tous les jeunes.
Le SNUEP-FSU est intervenu sans relâche pour obtenir et améliorer le protocole d’accompagnement des collègues. C’est ainsi que la prise en compte des non titulaires est explicitement inscrite dans le document. Le SNUEP-FSU a aussi obtenu que les premiers entretiens individuels ne se déroulent pas avec les inspecteurs et inspectrices mais avec des personnels formés, dans les règles de confidentialité et de neutralité qui s’imposent.
Le SNUEP-FSU exige que chaque enseignant·e qui le souhaite bénéficie d’une formation longue sur son temps de travail. L’administration ne peut imposer une reconversion forcée ni obliger les personnels à occuper un poste dans une discipline autre que celle de recrutement.

Le SNUEP-FSU dénonce avec force l’ensemble de ce projet et appelle les personnels à se réunir dans les établissements pour organiser une riposte nécessaire. Il conseille aux collègues de ne pas rester seuls et de solliciter les militant·es du SNUEP-FSU dans les académies.

Télécharger (PDF, 233KB)

4768total visits,4visits today