RÉFORME DU LYCÉE PROFESSIONNEL

LE MINISTRE AVANCE DANS LA PROVOCATION !

Dans un contexte de fortes contestations et de mobilisations contre les réformes engagées dans les lycées et plus particulièrement dans la voie professionnelle, le ministre refuse d’entendre les revendications des jeunes et celles des personnels. Lors du Conseil supérieur de l’éducation (CSE) qui s’est déroulé ce mardi 11 décembre, il persiste en soumettant au vote deux textes emblématiques de sa réforme : les secondes familles de métiers et les 3è prépa-métiers qui remplaceraient les 3è prépa-pro.

Alors qu’il prévoit à terme la réunion de nombreuses filières dans une douzaine de secondes familles de métiers, l’arrêté pour les trois premières « fusions » de secondes, qui concentrent à elles seules douze diplômes, vient d’être rejeté par le CSE. Le SNUEP-FSU, déjà opposé à ce dispositif dans les établissements comme dans les mobilisations, a voté contre. Ces secondes, prévues pour être effectives dès la rentrée 2019, entraineront une véritable déprofessionnalisation des diplômes. Elles retarderont le processus d’orientation sans régler les problèmes d’affectation qui resteront conditionnés aux structures disponibles en classe de première. Le ministère avance aussi sur l’instauration d’un dispositif AFFELNET en fin de seconde professionnelle. Cela va créer un travail supplémentaire d’orientation pour les professeurs principaux et des déceptions d’ampleur chez les jeunes non affecté·es sur leur 1er choix.

Le décret sur les 3è prépa-pro a reçu un seul avis positif : celui des régions. Le SNUEP-FSU s’est opposé à la création de cette nouvelle classe car une fois de plus ce sont des économies sur le dos des élèves que le gouvernement envisage. Le SNUEP-FSU revendique un enseignement et un accompagnement renforcé avec des groupes à effectifs réduits.

Le SNUEP-FSU redit avec force son opposition à cette réforme et appelle les collègues à stopper partout cet engrenage infernal. Il appelle les collègues à s’organiser dans les établissements en tenant des assemblées générales et des actions avec les lycéen·nes.
Le SNUEP-FSU rappelle qu’il est irresponsable de ne pas entendre les revendications de la jeunesse et pire de la réprimer et de l’humilier comme cela s’est produit récemment. Il exige du ministre qu’il engage de réelles concertations avec les organisations de jeunesse et des personnels.

GDE Erreur: Erreur lors de la récupération du fichier - si nécessaire, arrêtez la vérification d'erreurs (404:Not Found)

4337total visits,2visits today