LE MINISTRE DOIT PRENDRE EN COMPTE L’EXPRESSION DE LA JEUNESSE

Les jeunes sont mobilisé·es pour dénoncer les réformes en cours dans les lycées et contre le dispositif « parcoursup ». Ils et elles refusent ces réformes car elles aggravent les inégalités, organisent le tri social et entravent leurs parcours scolaires.

Le SNUEP-FSU porte cette analyse concernant la réforme Blanquer de la voie professionnelle. Les suppressions de postes qu’elle engendrera comme la réduction de 8 à 11 semaines d’enseignement en bac pro et 4 en CAP vont considérablement affaiblir la formation initiale des jeunes. C’est l’avenir des jeunes, notamment les plus défavorisé·es, qui se trouverait bouleversé : baisse des qualifications, culture générale au rabais, poursuites d’études empêchées…

Le SNUEP-FSU exige que le ministre entende cette colère légitime des jeunes comme celle des professeur·es de lycée professionnel. C’est une réponse politique claire qu’il doit donner. Il est inconcevable et inacceptable que la répression policière soit la réponse apportée.

Le SNUEP-FSU exige le retrait de la réforme actuelle et la mise en place de vraies concertations avec l’ensemble des acteurs. Le SNUEP-FSU exige que les jeunes et leur réussite soient au centre des débats et des transformations à venir de la voie professionnelle.
Pour le SNUEP-FSU, l’accès à un premier niveau de qualification par un diplôme, une amélioration réelle des conditions d’études des jeunes et des conditions de travail des personnels, des formations équilibrées avec l’enseignement de savoirs généraux et professionnels de qualité sont des éléments incontournables pour atteindre cet objectif.

Pour l’avenir des jeunes, pour notre métier, le SNUEP-FSU appelle les professeur·es de lycée professionnel à voter et à faire voter SNUEP et FSU aux élections professionnelles.