Seconde famille des métiers de la relation clients

COMMERCE – VENTE – ARCU
Une rentrée 2019 intenable pour les PLP !

Le SNUEP-FSU dénonce le projet irresponsable du ministère de fusionner en classe de seconde tout le tertiaire commercial.
Lors de la CPC* n°15 qui s’est tenue jeudi 4 octobre, le ministère et l’inspection générale ont présenté le projet de seconde à famille des métiers de la relation client, regroupant les bacs pros Vente, Commerce et Accueil, qu’ils comptent mettre en œuvre dès la rentrée 2019.
Pour le SNUEP-FSU ce projet est dangereux et insensé ! S’il devait être maintenu, les personnels comme les jeunes de la voie professionnelle subiraient des situations intenables : les PLP devront mettre en place les contenus du baccalauréat professionnel Accueil rénové, la fusion des baccalauréats professionnels Vente et Commerce, les aberrations pédagogiques à peine masquées des grilles horaires (comme la co-intervention imposée aux PLP) et, « cerise sur le gâteau », cette seconde généraliste.
L’administration n’apporte de surcroît aucune garantie sur la possibilité donnée aux jeunes de s’orienter en fin de seconde vers l’un des 3 diplômes dans chaque établissement. Faire confiance aux régions n’est pas réaliste.

Une fois de plus le masque tombe et les analyses du SNUEP-FSU se révèlent malheureusement appropriées. La fusion des baccalauréats Vente et Commerce, la rénovation du baccalauréat métiers de l’Accueil comme cette seconde à famille de métiers n’ont d’autres finalités que de supprimer toujours plus de postes de PLP et de réduire les contenus des enseignements professionnels. Ces dispositifs permettront aussi de diminuer le nombre de diplômes et d’instrumentaliser la voie professionnelle au profit de l’apprentissage – les entreprises pourront ainsi venir puiser dans un plus grand « réservoir », les élèves qui leur conviennent pour les détourner des lycées professionnels publics.

Au fur et à mesure que les projets se précisent, la réforme Blanquer de la voie professionnelle révèle toute sa gravité.
Le SNUEP-FSU qui alerte depuis près d’un an maintenant des dangers de cette réforme appelle les personnels à s’organiser dans les établissements pour réussir la grève du 12 novembre. Ce ne sont pas les suppressions de postes qui doivent motiver une réforme mais plus d’égalité, des conditions de travail améliorées pour les PLP et une plus grande sécurisation des parcours scolaires et professionnels des jeunes. Ensemble ne les laissons pas faire !

* Commission Consultative Professionnelle n°15 : commercialisation et distribution