Se mobiliser face aux attaques contre le service public, les fonctionnaires, les salarié-es, les retraité-es et la jeunesse.

Depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement, les mauvaises nouvelles se multiplient contre les agent-es de la Fonction publique et les salarié-es. Dans la Fonction publique, les premières mesures annoncées – le gel du point d’indice, le retour du jour de carence, la hausse de 1.7 % de la CSG, la remise en cause du calendrier du PPCR ne permettront aucunement d’améliorer notre pouvoir d’achat. La suppression de 120 000 postes, le projet de réforme des retraites et la baisse des dépenses publiques constituent un véritable plan de bataille contre les fonctionnaires et les missions du service public.

La journée de manifestations et de grèves du 12 septembre contre les ordonnances de la loi travail a été un succès. Les salarié-es ont exprimé leur rejet du projet de Macron qui organise la précarité et la flexibilité. Au-delà des attaques frontales contre les salarié-es, la remise en cause des conventions collectives implique la rupture du lien entre niveau de diplôme et rémunération. La volonté de remplacer les diplômes professionnels par des qualifications obtenues via des blocs de compétence entre complètement dans cette logique et fait peser de graves menaces sur l’enseignement professionnel.
Le SNUEP-FSU combat et combattra toutes les nouvelles politiques d’austérité dont les conséquences seront lourdes pour le service public. Contre les ordonnances de la loi travail qui annoncent une régression sociale sans précédent, le SNUEP-FSU, avec sa fédération, appelle à participer aux mobilisations engagées le 21 septembre prochain selon les modalités choisies localement.
Le SNUEP-FSU soutient la mobilisation des retraité-es le 28 septembre, temps fort pour rappeler l’ensemble des problématiques posées par les retraité-es.
Avec la FSU et l’ensemble des organisations syndicales de la Fonction publique, le SNUEP-FSU appelle les enseignant-es et CPE de l’enseignement professionnel à la grève nationale et aux manifestations unitaires du 10 octobre, pour une véritable négociation salariale, l’augmentation de notre pouvoir d’achat, le non rétablissement du jour de carence et des moyens pour faire fonctionner les services publics.

EnregistrerEnregistrer