bacs pros vente et commerce

Fusion des bacs pros vente et commerce :
nouvelle tentative de passage en force !

Le décret relatif à la fusion des baccalauréats professionnels vente et commerce devrait être proposé au vote du prochain CSE sans aucune concertation préalable avec les organisations syndicales et avec la profession : pour le SNUEP-FSU c’est NON et toujours NON !

Dans ses discours de rentrée, le ministre ne cesse de marteler qu’aucune mesure ne sera décidée dans la précipitation et sans concertation avec les représentant-es des personnels. Or, cette formule ne résiste pas à la réalité des faits dans la voie professionnelle puisque ce projet, combattu par l’ensemble des syndicats majoritaires dont le SNUEP-FSU, est de nouveau à l’ordre du jour.

Imposer cette fusion contre la profession est un signe fort quant à la façon dont le ministre conçoit sa futur « revalorisation de la voie professionnelle ». 

Le SNUEP-FSU dénonce cette décision autoritaire et ce passage en force. Les modifications inappropriées du référentiel et les modalités d’organisation infligées dégraderont encore plus les conditions de travail des collègues et d’études des élèves. Cette fusion constitue une nouvelle aubaine pour supprimer des postes de PLP dans un avenir très proche.

Le SNUEP-FSU exprime par conséquent une ferme opposition au projet de fusion entre les Bac Pro Commerce et Vente car une fois encore, elle a été décidée “hors sol” sans l’avis des principaux concerné-es, les enseignant-es, et à l’opposé de l’expression de certains professionnels.

Le SNUEP-FSU votera contre cette fusion en rappelant la position des enseignant-es. Il les appelle à se rencontrer et à s’organiser pour construire ensemble des actions contre ce projet.

Suite à différentes intervention, le 7 septembre, le ministère a retiré le projet de décret de l’ordre du jour.

Rappel : il y 2,5 ans, un rapport du CEREQ révélait qu’une large majorité des branches professionnelles, qui recrutent les élèves sortants des bacs pros vente/commerce, reconnaissaient bien la pertinence des 2 filières distinctes. Ainsi, les organisations patronales, notamment la VPC et les petits commerces, se sont opposées à la proposition de fusion initiée par l’Inspection générale. Cette dernière, sous influence de la grande distribution, a refusé ce constat et, faisant fi des décisions démocratiques des instances, a aussitôt décidé la mise en place d’un groupe de travail prétendument neutre où les organisations syndicales de l’EN étaient exclues. Les pressions ont été telles que la CPC du 8 novembre 2016 a fini par émettre un avis positif.

Il est important de rappeler aussi que les mêmes qui ont crée l’échec cuisant du bac pro GA sont aux manettes dans ce projet de fusion !

A l’initiative du SNUEP-FSU, la riposte syndicale s’est immédiatement fait entendre en révélant le refus catégorique de la profession sur ce projet de fusion. Le ministère a fini par abdiquer et le projet a alors été retiré.