Algérie : Maurice Audin, toujours le silence

Algérie : 60 ans après les faits toujours le silence !

Juin 1957, Maurice Audin, jeune mathématicien engagé pour l’indépendance de l’Algérie est arrêté à Alger par les parachutistes du général Massu et n’est jamais réapparu.
Les autorités françaises avaient confié, le 7 janvier, à la 10e division parachutiste les pouvoirs de police dans la ville. C’était la « Bataille d’Alger », où quelque 3000 Algérien-nes arrêté-es ont disparu. Le secrétaire général de la police d’Alger, Paul Teitgen1 refusant l’usage de la torture, a démissioné2.
Les autorités françaises ont affirmé jusqu’en juin 2014, que Maurice Audin s’était évadé. Si François Hollande a reconnu que les différents documents et témoignages prouvent qu’il a bien été assassiné lors de sa détention, il ne dit rien sur les responsabilités de l’Etat français.

1- Ancien résistant et déporté.

2- Lettre du 29 mars 1957 : « Depuis trois mois nous sommes engagés […] dans l’anonymat et l’irresponsabilité qui ne peuvent conduire qu’aux crimes de guerre ».