Recrutement des professeur-es de lycée professionnel

20 % des postes non pourvus et des disciplines sinistrées

Le SNUEP-FSU attend des mesures urgentes et ambitieuses

Le ministre de l’éducation nationale a annoncé que l’enseignement professionnel sera sa deuxième grande priorité après le 1er degré. Pour le SNUEP-FSU, une valorisation ambitieuse de l’enseignement professionnel doit être mise en œuvre et des mesures urgentes doivent être prises pour enrayer la crise profonde du recrutement des PLP.

Cette année 3030 postes étaient ouverts pour les 4 concours (externe 1920, interne 315, réservé 785 et troisième concours 10) soit 4 % de moins qu’en 2016. Cette baisse ne permet pas pour autant de faire le plein de lauréat-es : 674 places sont restées vacantes soit plus d’un poste sur cinq (taux de couverture de 78 %).

A l’examen réservé, 44,7 % des postes (351) n’ont pas été pourvus contre près de 60 % (529) l’an dernier. Malgré cette légère amélioration, la tendance ne s’inverse pas. En Lettres-Anglais 1 poste sur 2 n’est pas pourvu, en Maths-Sciences 3 postes sur 5. Les disciplines professionnelles sont les plus durement touchées par cette crise de recrutement : sur les 38 postes à pourvoir sur les spécialités de génie mécanique seulement 7 ont été pourvus ; en biotechnologies, 3 postes sur 5 restent vacants. La conséquence principale de cette pénurie d’enseignant-es est qu’à la rentrée prochaine, certaines classes seront sans professeur-es.

Des collègues non-titulaires depuis de nombreuses années se voient refuser l’accès à la titularisation alors même qu’ils et elles sont réemployé-es. Ces refus de titularisation ne sont pas acceptables.

A l’interne comme à l’externe, les chiffres restent toujours alarmants car tous les postes ne sont pas pourvus. A l’externe, bien que les recrutements soient importants dans l’enseignement général (avec un retour en force des listes complémentaires), une discipline sur deux ne parvient pas à recruter à hauteur de ses besoins avec pour conséquence probable un recours massif à des contractuel-les (11 % des effectifs d’enseignant-es en LP) moins payé-es et non formé-es.

Pour le SNUEP-FSU, le plan Sauvadet doit être reconduit et un plan d’accompagnement ambitieux pour préparer les non titulaires aux concours doit être mis en place.

L’annonce faite par le gouvernement du gel de la valeur du point d’indice des fonctionnaires et de la journée de carence risque encore d’aggraver les problèmes d’attractivité du métier de professeur-e de lycée professionnel.

Le SNUEP-FSU rappelle avec force son attachement à la mise en place de pré-recrutements.

Le SNUEP-FSU rappelle qu’il est urgent de prendre des mesures pour améliorer les conditions de travail et les salaires des personnels pour rendre attractifs nos métiers.