CCF et épreuve de contrôle : un contresens manifeste !

Sous prétexte d’assurer l’égalité des filières, la réforme du bac pro en 3 ans a instauré une épreuve de rattrapage, appelée épreuve de contrôle.
Pour le SNUEP-FSU, organiser une épreuve de rattrapage à l’issue d’un baccalauréat essentiellement passé en CCF (contrôle en cours de formation) est un contresens. Cette épreuve de contrôle, par ses modalités d’organisation, continue à compter autant que toutes les épreuves du 1er groupe réunies : les matières y sont imposées aux candidat-es, et les résultats obtenus compensent directement la moyenne coefficientée des épreuves précédentes. En réalité, la finalité de cette épreuve est surtout d’augmenter artificiellement le taux de réussite !
C’est pourquoi le SNUEP-FSU revendique la suppression de cette épreuve de contrôle, tant que le baccalauréat professionnel ne sera pas enfin organisé sous forme d’épreuves ponctuelles terminales, seules garantes de l’équité nationale et de la valeur du diplôme délivré.
C’est uniquement dans ce cadre que le rattrapage des candidat-es pourra être légitimé. Il faudra, alors, leur laisser le choix des épreuves, sans modification des coefficients, à l’instar de ce qui existe dans les autres voies d’accès au baccalauréat.
Pour toutes ces raisons, le SNUEP-FSU, réuni en Bureau national, a décidé, cette année encore, de déposer un préavis de grève sur la période d’organisation de l’épreuve de contrôle, afin de couvrir les collègues qui refuseraient d’y participer.