DISCIPLINES ET SPECIALITES

BAC PRO MELEC au fil de l’eau

(v. Journal n° 97 p.2, mars 2017)

Les enseignant-es en bac pro MELEC (Métiers de l’électricité et de ses environnements connectés) sont désormais confronté-es à un nouveau mode d’évaluation au fil de l’eau (sic), appelé « CCF continué ». Il s’agit de regrouper dans un portfolio, tout au long de la formation, les compétences « acquises » par les élèves. La certification s’appuie ainsi sur X situations de formation en établissement ou en entreprise qui sont consignées dans le logiciel payant Cpro, conçu à l’image du Cerise Pro utilisé en GA, dont on connaît les effets dévastateurs sur les conditions de travail des personnels. La note d’examen est attribuée par une commission à partir du portfolio et d’entretiens avec l’élève.

Avec ce système, les élèves se retrouvent dans une situation d’évaluation permanente qui laisse peu de place aux apprentissages et à l’exploitation des erreurs ; les formateurs/trices, qui deviennent certificateurs/trices permanent-es, y compris lors des PFMP, voient leur charge de travail considérablement alourdie. Et, malgré l’existence de grilles nationales sur les compétences à acquérir, la subjectivité de l’évaluation est renforcée, ce qui provoquera de grandes différences de notation d’un établissement à l’autre, voire d’une classe à l’autre. Quelle valeur accorder à ce nouveau diplôme, si ce dernier n’est plus en mesure d’attester de l’acquisition réelle du niveau requis pour la pratique du métier ?

Pour toutes ces raisons, le SNUEPFSU s’oppose à ces nouvelles modalités de certification.

Pour plus d’informations voir aussi le journal n° 97 p.2, mars 2017