3ème PEP

LIVRETS SCOLAIRES EN 3ème PEP : Ne pas accepter la surcharge de travail

(v. Journal n° 97 p. 6, mars 2017)

Dans la lignée des réformes de la voie professionnelle, la réforme du collège contient aussi son lot de nouvelles pratiques imposées. Par le livret scolaire unique (LSU), le ministère et certaines organisations syndicales veulent imposer définitivement les compétences en lieu et place des notes, privant ainsi les enseignant-es de leur liberté pédagogique (qui inclut le mode d’évaluation). Certaines directions d’établissement vont plus loin en imposant, via un logiciel privé, une méthode de validation des compétences tout au long de l’année.

Ainsi le LSU permet d’accroître le contrôle pédagogique par notre hiérarchie et demande un travail supplémentaire aux enseignant-es, sans même servir l’intérêt des élèves. L’objectif n’est pas d’avancer sur le plan didactique mais de transformer les enseignant-es en simples exécutant-es.

Concernant le LSU, le SNUEP-FSU appelle donc les enseignant-es à ne renseigner que les éléments qu’ils ont l’habitude de remplir sur les bulletins annuels, en refusant de remplir les rubriques concernant les EPI, l’AP, les parcours et autres parties de programmes abordées.