Recrutement

Concours : Vers la fin de la crise de recrutement ?

Une hausse du nombre d’inscrit-es à relativiser

Le 31 octobre dernier, notre ministre s’est félicitée de la hausse du nombre d’inscrit-es aux différents concours enseignants, signe d’un « engouement retrouvé pour nos métiers ». Effectivement, le nombre d’inscrit-es pour le CAPLP externe est en augmentation de 5 % mais la situation est inverse pour le CAPLP interne qui connaît une baisse d’inscriptions d’environ 11 %. Comment interpréter ces chiffres ? Pas comme la ministre, c’est sûr ! Ils ne sont qu’un trompe l’oeil, nombre de candidat-es ne se présentant pas aux épreuves, souvent en raison de candidatures multiples. Le nombre de présent-es est donc un meilleur indicateur de l’attractivité de nos métiers ; or à ce jour ce chiffre n’est pas connu. Il faudra donc attendre encore pour crier victoire, Madame la ministre.

Baisse stratégique du nombre de postes ouverts

Dans son projet de recrutement pour 2017, le MEN prévoit une augmentation du nombre de non-titulaires. Il anticipe donc sur le manque croissant de PLP et persiste à recourir à la précarité. Or, pour lutter contre la crise de recrutement qui, depuis plusieurs années, laisse libres des places aux différents concours de PLP, le MEN a décidé de… diminuer le nombre de postes ouverts en 2017 ! Ils passent de 3147 en 2016 à 3020 : 1920 pour l’externe (-30), 315 pour l’interne (-20) et 785 pour l’examen réservé (-97). Ces pertes seront sûrement compensées par l’ouverture d’un troisième concours en Maths-Sciences doté de… 10 places !

Pour le SNUEP-FSU ce n’est pas en réduisant le nombre de postes ouverts aux concours que la crise de recrutement se réglera. Nous demandons d’urgence la mise en place d’un plan de rattrapage tant en nombre de places que salarial qui permette un recrutement à la hauteur des besoins de l’EPP, par une formation plus adaptée et en rendant plus attractifs nos métiers.

(v. Journal n° 96 p. 6, février 2017)