Nouvelle certification CAPPEI – Tout n’est pas réglé !

Lors du CSE du 26 janvier 2017, le ministère a présenté le Nouveau certificat d’aptitude professionnelle aux pratiques de l’éducation inclusive et à la formation professionnelle spécialisée (CAPPEI) qui remplacera le 2CASH pour les PLP.

Le SNUEP-FSU a rappelé l’importance de la formation initiale et continue pour l’ensemble des enseignant-es intervenant dans les SEGPA et EREA. Cette formation reste une condition nécessaire à la réussite des jeunes qui sont scolarisés dans ces structures et qui nécessitent un suivi et un accompagnement spécifique.

Le projet de décret et les arrêtés présentés lors que cette séance excluaient de fait les PLP affecté-es en SEGPA et en EREA du dispositif de formation amenant à cette nouvelle certification. Le SNUEP-FSU est intervenu en séance pour faire évoluer les textes afin de corriger cette inégalité de traitement manifeste et pour permettre aux PLP titulaires et contractuel-les en CDI l’accès à cette nouvelle formation amenant au CAPPEI.

En ce qui concerne les modalités de la formation, le SNUEP-FSU acte positivement l’augmentation du volume de formation qui passe à 300 heures pour la préparation à la certification.

L’intervention du SNUEP-FSU a permis de faire évoluer positivement le projet du ministère mais tout n’est pas encore réglé pour autant. Le SNUEP-FSU continue à demander que tou-tes les enseignant-es du 2nd degré qui valideront le CAPPEI puissent, de droit, avoir accès aux 100 heures dédiées aux modules d’initiative nationale – ces modules de formation complémentaires sont prévus l’année qui suit l’obtention.

Le SNUEP-FSU a proposé aussi un amendement demandant que l’ensemble des enseignant-es du 2nd degré, titulaires du 2CA-SH et exerçant leur fonction depuis au moins deux années dans les établissements scolaires accueillant des élèves présentant des besoins éducatifs particuliers, puissent se voir reconnaître l’équivalence totale avec le CAPPEI. Cet amendement ayant reçu un avis positif du CSE avec 53 voix pour et 0 voix contre, le SNUEP-FSU demande à la ministre de modifier le décret pour corriger cette iniquité flagrante entre le 2nd degré et le 1er degré.