Violences au lycée professionnel : état d’alerte !

Calais, Saint-Denis, Tremblay-en-France … Toutes ces agressions d’une violence extrême ont lieu dans les lycées professionnels. Le SNUEP-FSU exprime toute sa solidarité et son soutien aux personnels et aux équipes qui y ont été confrontés.

Le SNUEP-FSU n’a cessé d’alerter sur la baisse continue des moyens affectés à l’enseignement professionnel public : suppression de milliers de postes, fermetures de lycées, de filières, de sections, enseignant-es précaires, diminution des DHG et des moyens d’équipements … C’est cette politique menée depuis plus de 10 ans qui conduit à une dégradation continue du climat au sein de nos lycées. Les statistiques de la DEPP l’affirment : la violence au LP est  plus forte que dans tous les autres types d’établissements scolaires. En moins de 10 ans, les incidents déclarés sont passés de 15,1 pour 1000 élèves à 25,3 pour 1000  élèves ! 

Si l’actualité médiatique met en avant des faits graves qui marquent l’opinion, le SNUEP-FSU rappelle la détérioration continue des conditions de travail des personnels et la situation difficile faite aux élèves qui souhaitent poursuivre une scolarité dans des conditions favorables.

Ce n’est pas la multiplication de la vidéo-surveillance ou des portiques de sécurité  ou encore de vigiles dont a besoin l’enseignement professionnel public, mais d’un véritable plan d’urgence. Le SNUEP-FSU revendique :

– le recrutement de PLP, titulaires et formé-es permettant de mettre en place des groupes à effectif réduit.

– un plan de formation et de titularisation pour les personnels précaires.

– le recrutement de personnels de vie scolaire, CPE et AED en nombre suffisant ainsi que la mise en place dans chaque établissement d’équipes pluridisciplinaires (médecins, infirmier-es, assistant-es sociaux/sociales, CPE, COPsy) au coté des enseignant-es.

– l’établissement d’une nouvelle carte nationale des lycées de l’éducation prioritaire.

– la diminution du temps de service des enseignant-es pour permettre la concertation des équipes et un meilleur suivi des élèves.

En France, divers organismes et rapports ont révélé de fortes inégalités entre les élèves où l’excellence des un-es s’impose au détriment d’une relégation scolaire pour les autres. La hiérarchie imposée entre les 3 voies du lycée implique une ségrégation qui scelle les destins scolaires et professionnels des élèves. Pour le SNUEP-FSU, cette situation est inacceptable, le service public doit investir pour la réussite de tout-es. Pour cela, il est urgent de dédier des moyens importants à la voie professionnelle publique sous statut scolaire.