Abaissement de la pression certificative : une étape positive pour le SNUEP-FSU

Le 30 juin, le CSE a étudié deux projets d’arrêtés qui permettent de supprimer les CCF en seconde professionnelle liés au diplôme intermédiaire : l’un modifie les définitions des épreuves de Mathématiques et sciences physiques et Chimiques et Prévention santé environnement aux examens du brevet d’études professionnelles et du certificat d’aptitude professionnelle ; l’autre modifie les arrêtés définissant certaines spécialités du certificat d’aptitude professionnelle et du brevet d’études professionnelles. Ces propositions font suite aux annonces de la ministre sur les mesures prises pour améliorer l’accueil des élèves des lycées professionnels en 2nde.

Ainsi, ces modifications permettront de d’abaisser globalement la pression certificative pour les lycéen-nes professionnels, de centrer l’action de l’enseignant-e sur la formation des élèves à l’entrée de la voie, et d’alléger « l’usine à gaz » qu’a engendré la généralisation des CCF à quasiment toutes les disciplines.

Pour le SNUEP-FSU, ces modifications se traduiront effectivement par un allègement concret pour les disciplines générales (maths-sciences et PSE) puisque qu’elles suppriment l’évaluation passée en 2nde. Pour les enseignements professionnels évalués pour le diplôme intermédiaire, le ministère propose de reporter les évaluations de 2nde en 1ère. Sur ce point, le SNUEP-FSU restera vigilant afin que ce report n’alourdisse pas démesurément le dispositif de certification de l’année de première.

Le SNUEP-FSU considère que le ministère aurait pu aller plus loin encore en modifiant en profondeur les modalités de certifications du diplôme intermédiaire. Le retour aux épreuves ponctuelles terminales en fin de 1ère pour toutes les disciplines est incontournable pour redonner du temps aux savoirs généraux et professionnels, pour redonner du sens à l’acte pédagogique d’évaluation et pour améliorer les conditions de travail des personnels.

Cependant, pour le SNUEP-FSU, ces modifications vont dans le bon sens et constituent une étape positive dans la redéfinition des modalités de certification des diplômes professionnels. Le SNUEP, avec la FSU, a donc donné un avis positif sur ces textes.