2014 : bilan de l’apprentissage par la DARES

La DARES a fait un bilan de l’apprentissage en 2014, qui concerne de moins en moins les plus jeunes et les non qualifiés : résumé.

L’apprentissage en 2014
(DARES Analyses, juillet 2015)

2014 : 265 000 nouveaux contrats d’apprentissage dans le secteur privé, soit -3% par rapport à 2013 (rappel : – 8% en 2013) et 8700 dans le secteur public (- 4%).
Le nombre de nouveaux contrats est revenu au niveau de 2005.
Baisse uniquement aux niveaux V (- 5%) et IV (- 6 %) après des baisses respectives de -13 et -10 % en 2013. Bâtiment = – 12% (2013 = -13%) ; coiffure = – 10%
Enseignement supérieur : + 3%. En près de 20 ans, le poids du supérieur dans les entrées est passé
de 6 à 34 %.

Evolution hétérogène dans les régions depuis 2009 : Corse (+27%), Alsace (+20%), Auvergne
(+16%) mais Bourgogne (-29%) et Bretagne (-22%).

La baisse est moins accentuée qu’en 2013 (année d’exception puisque tous les secteurs et tous les niveaux étaient touchés) dans presque tous les secteurs, hormis celui de la construction.

Seules les entreprises de +250 salariés recrutent davantage d’apprentis ; 80% y préparent un diplôme du supérieur (contre 19% dans les entreprises de moins de 50 salariés).
De moins en moins de jeunes (58%) sont encore dans le système scolaire à la signature du contrat (- 5% depuis 2011).
Poids de l’apprentissage dans l’enseignement professionnel : -2 points entre 2008 et 2013 (exception : Rhône-Alpes, +3,5 points). Il représente 27 % des effectifs en 2013-2014.

Nouveaux apprentis :
– 46 % ont au moins le Bac (+ 2 points / 2013, + 8 points / 2011)
– 32 % n’ont aucun diplôme (-11 points / 2011)
– 36 % seulement sont mineurs
– 34 % préparent un diplôme du supérieur (+ 6 points / 2011) : industrie électronique et électrique, banque, information-communication, immobilier
– 1/3 sont des femmes (pas d’évolution depuis 20 ans), plus âgées (57 % ont plus de 18 ans contre 44 % des hommes) et plus qualifiées

Durée des contrats :
27 % inférieur à 1 an (+ 6 points en 4 ans)

Apprentis du secteur public :
– plus qualifiés (21 % sans diplôme contre 32 % dans le privé)
– plus âgés (30 % ont plus de 22 ans contre 20 %)
– jeunes femmes plus nombreuses que dans le privé (46 %)
– entrées à 68% dans les collectivités territoriales (+ 7 points / 2013)

Ruptures de contrat et abandon de l’apprentissage :
28% des contrats commencés en 2012-2013 ont été rompus (près d’1/3 pendant la période d’essai).
Plus l’apprenti est jeune, plus le taux de rupture est élevé : 36% pour les moins de 18 ans, 18% pour les plus de 21 ans
En 1998, le taux de rupture était de 25% (rappel : la plupart des jeunes étaient non qualifiés)

– Taux d’abandon : 21% des nouveaux apprentis de 2012-2013 (28% pour le CAP-BEP, 12% pour
les diplômes du supérieur).
Taux les plus élevés dans l’hôtellerie-restauration (près de 50%) et dans les petites entreprises.
Ratio abandon / rupture pour les moins de 18 ans : 74,4%