FORMATION INITIALE DES ENSEIGNANT-ES: UN DROIT POUR LES PLP AUSSI

Après le saccage de la formation des enseignant-es, le SNUEP-FSU avait accueilli favorablement la création des ÉSPÉ. Ces lieux de formation dédiée devaient réhabiliter leur formation et reconnaissaient que le métier d’enseignant-e est un « métier qui s’apprend ». Très vite, le SNUEP-FSU avait pointé l’inexistence de parcours adaptés pour les PLP. Pour le SNUEP-FSU, en ce qui concerne la formation des PLP, le constat est consternant ! Il y a urgence à apporter des correctifs voire à modifier en profondeur le cadre établi par la réforme, notamment la carte des formations.

Les stagiaires ex-contractuel-les PLP sont particulièrement maltraité-es : ils/elles sont majoritaires à effectuer un service complet et ne bénéficient donc pas de formation adaptée à leur cursus antérieur, si ce n’est sous forme de travail supplémentaire. Ces personnels auparavant précaires ont souvent été incités à passer les concours, mais le ministère leur refuse une formation digne de ce nom au prétexte qu’ils ont déjà enseigné.

Dans de nombreuses spécialités professionnelles, les ÉSPÉ ne disposent pas des formateurs/formatrices. Ainsi, l’employeur (MEN, Rectorat) effectue à la fois la formation, souvent sur les moyens de la formation continue et de la titularisation. Beaucoup de stagiaires PLP ne bénéficieront donc pas des ÉSPÉ pour les préparer au métier d’enseignant.

Le double pilotage de l’année de stage entraîne par ailleurs des discontinuités dans la formation : les universités autonomes fixent des contenus de masters différents d’une académie à l’autre. Quant au MEN, il impose des affectations selon une logique financière, là où les besoins sont importants, ce qui ne coïncide pas toujours avec le lieu de début des études…!

Enfin les stagiaires déjà titulaires d’un master, plus nombreux que prévu, semblent traité-es de diverses manières selon les ÉSPÉ, autant pour les contenus que pour l’évaluation et la titularisation.

Le SNUEP-FSU déplore l’incapacité des ÉSPÉ à assurer une formation égalitaire à tou-te-s les futur-es enseignant-es. Pour améliorer la réussite de tou-te-s les lycéen-nes professionnels, les PLP ont besoin d’une formation initiale complète et adaptée, accessible dans toutes les académies, au sein des ÉSPÉ. Une décharge de service de 12 heures est indispensable à une formation de qualité pour l’ensemble des PLP.

937total visits,1visits today