BAC PRO GA : DES MESURES QUI NE SONT PAS A LA HAUTEUR DES DIFFICULTES

Le ministère a soumis au vote du CSE du 17 décembre 2014 un arrêté modifiant la définition des sous-épreuves professionnelles E31, E32 et E33 du Bac Pro Gestion Administration. Parmi ces modifications, l’une concerne la déconnexion du passeport de compétences de l’évaluation formative, l’autre est relative à l’évaluation de 17 classes de compétences en lieu et place des 55 précédemment prévues.

Ces modifications sont issues des propositions de groupe de travail ouvert par le ministère à la demande du SNUEP-FSU. Si elles proposent certaines corrections aux erreurs de conception de ce Bac Pro, elles sont loin de résoudre l’ensemble des difficultés que nous avions soulevées lors de ce GT. C’est pour cela que le SNUEP-FSU a voté ces propositions en abstention, exprimant ainsi sa forte déception. De plus, rien n’assure que ces modifications se concrétiseront rapidement sur le terrain.

Le Bac Pro GA a entraîné une dégradation importante des conditions de travail et les modifications proposées restent très insuffisantes et resteront sans effets sans un véritable accompagnement de formation des collègues.

Aujourd’hui, il est évident que le Bac Pro GA ne répond en rien aux objectifs visés lors de sa création. Il n’est aucunement attractif pour les élèves et leurs familles, il ne résout pas le problème du décrochage scolaire et des difficultés à trouver des lieux de stage. Ce Bac Pro est à revoir dans son ensemble, à la fois dans son architecture, ses contenus de formation et ses modalités de certification.

Le SNUEP-FSU a rappelé au ministère son exigence d”un bilan global, indépendant et objectif du Bac PRO GA. Le SNUEP-FSU exige aussi que toutes les solutions soient envisagées. Si une remise à plat totale de ce Bac Pro se révéle nécessaire, elle ne devra pas être écartée. Il est inacceptable de condamner des milliers d’enseignant-es à des conditions de travail aussi dégradées et de sacrifier ainsi des générations entières de jeunes.